• Chantiers
  • Économie

Le 11 février 2013

Sur la presqu’île Kréoline

Un restaurateur martiniquais a déposé ses épices rue de Roubaix.


Derrière le rideau qu’on écarte en poussant la porte, c’est un autre monde. Un lieu parfumé d’épices, chaleureux, coloré. On sentirait presque le soleil des Antilles. Douss’Kréoline est un restaurant de spécialités antillaises créé par un Martiniquais et son épouse guadeloupéenne à l’été 2012.

« J’ai tout de suite aimé cette ville »

L’homme souriant et amical a déjà trouvé sa clientèle. Par la qualité de sa cuisine, mais aussi parce qu’il se sent bien à Tourcoing et ça se ressent dans ses assiettes. « Je m’apprêtais à quitter Paris, où je suis resté cinq mois, pour retrouver mon pays. Mais j’ai découvert Tourcoing et j’ai tout de suite aimé cette ville, la convivialité des Nordistes et la proximité avec Lille ».

Cocktail culturel

Lorsqu’il est aux fourneaux, le restaurateur se prête volontiers à l’échange avec ses clients, qui l’observent depuis le bar où ils peuvent déjeuner. Il puise ses inspirations dans la cuisine haïtienne, celle de sa mère, martiniquaise et française. « C’est le mélange de toutes ces racines qui fait que c’est bon et unique », explique-t-il. La cuisine antillaise à l’unionaise !

Le restaurateur s’adapte aux palais locaux, sans faire de compromis sur l’essentiel. Il indique : « Je propose la pièce de boeuf saignante ou bien cuite, comme les Français l’aiment, et je lui ajoute les épices. C’est la sauce qui fait toute la différence sur du bœuf, comme sur un magret de canard ou un poisson ».

Les employés du Champ libre et de la ruche d’entreprises voisine ont déjà leurs habitudes le midi dans ce restaurant chaud en couleurs et en saveurs. Le soir, la clientèle plus familiale vient parfois de toute la métropole lilloise pour goûter aux plats semi-gastronomiques.